INTERVIEW D'ALI AU YEMEN

VOYEZ COMMENT LA CRISE AU YEMEN A AFFECTÉ LA VIE D'ALI

Le Yémen connaît actuellement la pire crise humanitaire au monde. Elle est le résultat d’une guerre civile acharnée, de la famine et d’une économie défaillante.

Actuellement, plus de 7,3 millions de personnes dans le pays ont perdu leur maison et ont besoin d’un abri et d’autres articles essentiels pour les aider à survivre.

Ali est l’une de ces personnes. Ali vit dans un camp pour personnes déplacées dans la région de Marib au Yémen, avec sa famille de huit personnes.

Notre partenaire BCHR s’est assis avec lui pendant les évaluations rapides des besoins pour en savoir plus sur sa situation actuelle, et pourquoi l’aide de ShelterBox est si nécessaire dans la région.

Que faisiez-vous lorsque vous avez été contraint de fuir votre maison ?
Je travaillais comme porteur de marchandises, et j’assurais ma subsistance et celle de ma famille.

Avant la guerre, Ali gagnait sa vie en chargeant et déchargeant des marchandises des camions. Sa maison a été détruite lors d’une attaque militaire.

Qu’est-il arrivé à votre maison ?
Elle a été démolie à cause des affrontements qui avaient lieu dans la région.

Après la destruction de sa maison lors de ces attaques militaires, la famille d’Ali a fui vers le camp de Marib. Là, il a ramassé des bouts de métal, des morceaux de matériaux et des barils de pétrole pour construire un abri pour sa famille. D’autres familles ont encore moins – elles vivent sous les arbres, se couvrant de branches de palmiers pour créer un toit de fortune au-dessus de leurs têtes.

Quelles sont vos conditions de vie actuelles ?
Les conditions sont très difficiles, il n’y a pas de travail, pas de pension, et peu d’aide nous est fournie par les organisations, et nous vivons dans un nid de paille, de ferraille et de quelques bidons.

Comment se présente votre vie aujourd’hui ?
La vie est dure, pas de travail, pas de revenus, les prix sont très élevés, en contrepartie l’aide que nous recevons est très faible, et elle ne nous est pas toujours donnée, mais parfois.

Un facteur qui rend la survie si difficile dans ce camp est la menace imminente des maladies. En plus de la pandémie de coronavirus, le pays est en proie à la pire épidémie de choléra des temps modernes. Pour ajouter à cette menace, la combinaison d’un camping densément peuplé et du manque d’assainissement crée un terrain propice aux moustiques qui peuvent transmettre le paludisme ou la dengue.

AIDEZ-NOUS À FOURNIR UN ESPACE SÛR


Nous ne pouvons pas résoudre cette énorme crise humanitaire, mais nous pouvons aider des personnes comme Ali à construire des espaces plus sûrs pour leurs familles et à se protéger des maladies.

Grâce à votre soutien, nous pouvons envoyer des articles d’aide adaptés et dispenser des formations pratiques qui permettront aux familles du Yémen et du monde entier d’améliorer leurs abris.

AIDER LES COMMUNAUTÉS

 

SOUTENIR LES COMMUNAUTÉS VULNÉRABLES

Nous travaillons avec notre partenaire BCHR (Benevolence Coalition for Humanitarian Relief) pour soutenir les personnes prises dans la violence au Yémen.

Mais nous ne pouvons pas le faire seuls. Soutenez notre travail aujourd’hui et aidez-nous à atteindre plus de familles comme celle d’Ali au Yémen et dans le monde.

En savoir plus


Appel aux dons pour le Yémen

Les habitants du Yémen utilisent des branchages, des feuilles de palmier et des chutes de matériaux pour créer des abris de fortune. Ils ont besoin de votre aide de toute urgence pour survivre.

La crise au Yemen expliquée

Qu’est-ce qui motive le conflit au Yémen et pourquoi le pays est-il au bord de la famine ?

Les opérations de ShelterBox

Retrouvez les dernières mises à jour du terrain et découvrez où nous soutenons les communautés du monde entier au lendemain de catastrophes naturelles et de conflits.

Inscrivez-vous pour recevoir des nouvelles du terrain, des témoignages de familles que nous avons aidées et des informations sur la façon dont vous pouvez vous impliquer.
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.